DRAME
Eté 2014, dans une ancienne charpenterie transformée en laboratoire retiré, comme soustraits à l’espace-temps, cinq amis, venus faire de la musique, ont joué les apprentis alchimistes : la matière protéiforme qui a rempl...
Lire la suite
10553391_1480074632232350_9087339737113910354_n-3051
DRAME_charpente_808_congas-3052

DISCOGRAPHIE

Drame (2015)

par DRAME

DOUBLE LP - BLANC //// ÉDITION LIMITÉE : DEUX VINYLES + CD POCHETTE 400G - CARTON RETOURNÉ -

1. Yoko DRAME 3:23
2. Avantage aventure DRAME 6:13
3. Bugaboo DRAME 12:00
4. Genuflexion DRAME 5:14
5. Amibes DRAME 6:47
6. Serpentine DRAME 2:15
7. Canicule DRAME 7:24
8. Drame DRAME 9:52

VIDÉOS

DRAME "AMIBES" (from DRAME LP, Platinum Rds 2015)
DRAME "SERPENTINE" (from DRAME LP, Platinum Rds 2015) featuring Quentin Rollet

BIOGRAPHIE

Eté 2014, dans une ancienne charpenterie transformée en laboratoire retiré, comme soustraits à l’espace-temps, cinq amis, venus faire de la musique, ont joué les apprentis alchimistes : la matière protéiforme qui a rempli une semaine durant la grande salle sans fenêtre est vite devenue incontrôlable ; comme une épopée musicale à fort pouvoir cinématographique, comme une fabrique à histoires tantôt exaltantes et palpitantes, tantôt joyeuses et dansantes, tantôt étranges et inquiétantes. Du suspens, de la tension, de la joie, du danger et de l’amour. Si le premier morceau pourrait évoquer l’espionnage d’un conciliabule secret d’amibes désireux de changer la nature des êtres, un autre pourrait ressembler à une course folle de gentils zombies qui tenteraient d’échapper à des enfants tueurs maléfiques… Pour le reste, chacun écoutera son album de DRAME comme il le souhaite.

 DRAME PAR MARTIAL, DISQUAIRE (TOTAL HEAVEN, BORDEAUX)

Les cloches qui sonnent le début de DRAME évoquent ce bon vieux Moondog, et moins d’une seconde plus tard, nous voilà déjà partis vers Can. Un crochet du côté de chez Philip Glass, un stationnement dans le parking de la super compilation française early 80’s “Cosmic Machine”, puis de nouveau sur la route, avec Stereolab, Silver Apples, Emperor Machine, etc, etc, etc… Bon, c’est un peu vain de se la jouer “name dropping” sur ce beau trajet idéal. Que faire d’autre, pourtant, avec de tels boulimiques de musique(s) ? Comme le BEAK > de Geoff Barrow, qui est une réaction saine a son Portishead devenu si gros, DRAME a commencé comme la  “bulle-détente” du groupe live de Rubin Steiner. Curieux et pas snobs, les cinq musiciens ont improvisé trois jours durant avec le minimum de matériel (congas, percussions, basse, batterie et synthétiseurs), plus Quentin Rollet en invité saxophone et la fameuse boîte à rythme Roland TR-808 en guise de “chef d’orchestre” (sic). Le résultat est une musique chaleureuse.

Elle hypnotise à l’aise celui qui ne rechigne pas à chalouper du bassin quand il le faut. Et c’est maintenant ! “100% instrumental et 100 % live” nous dit Fred. 0% d’ordinateur, serait-on tenter d’ajouter. Car DRAME vit. Il capte les vibrations de l’air et les transmets par ondes électrique. C’est magique. C’est analogique. Le digital, la transcription de ces ondes par des algorithmes informatiques est ici banni. C’est le mal. Le bon l’emporte. Sentez la différence.

ILS ONT ÉCOUTÉ L’ALBUM

“DRAME, c’est des punks qui volent un vaisseau spatial pour aller à une fête” (FUNKEN – Platinum Rds)

“Un bel ensemble de trouvailles rétro futuristes” (NLF3 – Prohibited Records)

“Fichtre!” (AMNESIE – Ego Twister Records)

“Bravo les jeunes c’est parfait  pour cruiser sur une route côtière entre les municipalités de Beak, Higamos Hogamos et Rubin Steiner. Vous avez oublié de démuter les pistes de voix, non? Love.” (François,BLACKMAIL)

“Je trouve ça sacrément bien foutu, comme une longue et lente digression psychédélique froide poussée par un groove quasiment sexuel. Musique mutante qui couche avec mon corps et mon esprit.” (Stéphane,BLACKMAIL)

“Fermez les yeux et faites vous des films nazis” (DOMOTIC – Clapping Music)

“DRAME s’approprie le sang du jazz, coltranise l’électronique pour bâtir une machine à danser intelligente et hypnotique ; dans le fond il use de son époque à la manière d’agir d’un Bird dans les fifties : c’est de l’art populaire interactif et l’on s’instruit pendant qu’on danse.” (DOC PILOT – X RAY POP)

“Ceci est le premier DRAME à me mettre autant en joie” (MORGAN CUINET – Hands In The Dark records)

PHOTOS